bob (2)

Le grand Bob

Depuis 9 ans qu’il était pensionnaire de la SPA de Sassay (41) « le grand Bob » en avait vu des gens passer devant son boxe. Bien sûr, sa bonne tête aux yeux intelligents, sa joie de voir du monde et la patte qu’il leur tendait sans cesse, faisaient s’arrêter les visiteurs. Et même, plusieurs fois, se laissant attendrir, certains s’intéressaient suffisamment à lui pour l’adopter et… le ramener quelques jours plus tard.

En effet, le grand tort de ce brave chien si sympathique était de tenir du Kortal et d’en avoir hérité un caractère têtu, individualiste et fugueur. De plus, des clôtures de 2 mètres de haut, ne lui posaient aucun souci pour prendre la poudre d’escampette.

Entré dans sa douzième année, Bob aurait dû finir ses jours à Sassay, s’il n’avait été confié à une famille d’accueil en Sologne, peut-être plus tolérante ou expérimentée en grand chien désobéissant. Et, après quelques mois où Bob a dû (ré)apprendre la vie en collectivité, il a participé en février, avec succès, à sa première randonnée canine.

Quel travail Bob a-t-il fait sur lui-même en huit mois ! En effet, isolé pendant si longtemps, il ne supportait plus ses congénères ; chien de chasse, il coursait les chats et n’avait d’autre idée que d’occire la volaille. Mais, parmi un groupe de chiens sociables et coaché par un Berger Allemand, gardien des lieux et de ses habitants, Bob s’est rapidement plié aux règles familiales. Au fil du temps, il s’est mis à côtoyer toutes sortes d’animaux, sans montrer la moindre velléité d’agressivité envers eux. Bob a pris du poids, a osé rentrer dans la maison et, cet hiver, s’est approprié un radiateur, contre lequel il se love avec un soupir d’aise.

Très expressif, Bob, depuis peu, aboie pour demander quelque chose : ouverture de porte, promenade, à manger… Il devient affectueux et commence à être lâché sur de petits parcours, sans spécialement chercher à s’échapper.

Que « le grand Bob » profite longtemps d’une retraite sereine.